Mais au fait, comment fait la Grèce pour s'en sortir ?

Le PIB de la Grèce a perdu de l'ordre de 30% lors de la crise de 2008, et s'est à peine redressé depuis. Plutôt que me demander comment ils vont renouer avec la croissance (pour rembourser leur dette les gouvernements grecs devront notamment maintenir un excédent budgétaire de 2,2 % jusqu’en... 2060 ; bonne chance dans cette aventure, la France n'a pas été fichue de dégager un seul budget à l'équilibre en 45 ans, et ce dans un contexte économique et énergétique relativement porteur, aujourd'hui en déclin, et dont le rebond n'est pas un pari sur lequel je miserais à 100% pour assurer le bien-être de mes proches)... ... je m'interroge plutôt sur comment ils ont évité la famine, la crise sanita

Le bio est-il vraiment bon pour l'environnement ?

Je n'apporterai pas de réponse définitive à cette question complexe, relative à un domaine sur lequel je ne suis nullement expert, mais simple citoyen intéressé (mais qui se donne la peine d'éplucher des études scientifiques). Il ressort que le bio n'est pas forcément bon pour l'environnement, selon les critères. Ça ne m'arrange pas, mais je ne suis plus à un truc près qui ne m'arrange pas dans cette affaire d'écologie. C'est par exemple ce qui ressort d'une étude du FiBL, centre de recherche scientifique dont la mission est pourtant de promouvoir l'agriculture bio. Le bio serait largement meilleur sur l'éco-toxicité (i.e. préservation de la biodiversité, abeilles etc.), et c'est déjà énorme

Mes inventions qui vont sauver le monde

J'ai l'honneur de dévoiler mon invention géniale pour régler une partie non-négligeable du problème du plastique et du pétrole (et de l'obésité, allez c'est cadeau) : un système de livraison à domicile de monoxide de dihydrogène distribué par un réseau municipal hydromécanique de canalisations. Dans ma grande générosité, je ne dépose pas de brevet. Dans quelques jours j'aurai mis au point une technologie révolutionnaire de nutrition protéique par organisme photosynthétique, signant la fin de la destruction des écosystèmes océaniques et forestiers, et de la maltraitance industrialisée et réifiante d'êtres sentients fortement émetteurs de tétrahydrogène de carbone. A ce rythme-là, c'est finger

Les économistes ne seront-ils jamais sérieux sur l'écologie ?

J'ai honte d'exercer le métier d'analyse économique quand le Prix Nobel 2018 du Bullshit affirme "un réchauffement de +6°C ne détruirait que 10 % du PIB mondial". Dans sa boule de crystal, il s'agit du PIB 2100, donc ce n'est pas grave dans la mesure où l'on parle de 10% de moins d'un PIB soi-disant 3-4 fois plus gros qu'aujourd'hui. Autre manière de voir la chose : perdre 10% de PIB à 2100 signifie perdre 3-4 années de croissance. Mon Dieu mais c'est horrible ce monde à +6 degrés, il va falloir que j'attende jusqu'en 2104 pour me pucer le cerveau avec une IA forte ! Rappelons que la différence de température entre l'âge de glace et aujourd'hui est de l'ordre de 4-5 degrés. Le type pense don

Pénurie d'eau : la menace mondiale la plus sérieuse et immédiate

La menace mondiale la plus sérieuse et immédiate, c'est l'eau, même sans réchauffement climatique supplémentaire (mais il y aura du réchauffement supplémentaire). Pour être personnellement sensible à la question du Moyen-Orient, la région est de plus en plus dépendante du dessalement de l'eau de mer pour ne pas descendre dans le chaos (avec les conséquences migratoires et pétrolières qu'on peut imaginer pour l'Europe). Cette perspective est de plus en plus répandue chez mes proches en Iran, l'écologie n'étant pas qu'une lubie de bobo occidental. L'expérience israélienne devrait inviter à l'optimisme ? Oui et non à la lecture de ce papier (sans même parler de la reproductibilité de l'expérien

Il faut de plus en plus d'énergie... pour produire de l'énergie !

Voici un papier un papier assez rigoureux, concis, accessible et complet, pour ceux qui s'intéressent au sujet passionnant de l'EROI (Taux de Retour Énergétique). https://pdfs.semanticscholar.org/3cb7/6fa0fa6d2ec6d0733c684828cf117ccd7420.pdf Même si la tendance oscille avec les fluctuations du marché, on est structurellement poussés à exploiter des réserves au TRE de plus en plus bas : 4 pour 1 dans le cas des sables bitumineux du Canada... Sachant qu'il faut un EROI d'environ 12 pour 1 pour que notre civilisation "tienne debout" (ex. qu'on puisse se permettre le luxe d'une population aux deux-tiers inactive... et pour poster des messages sur LinkedIn plutôt que travailler dans un champ). Ce

Mais qu'est-ce que la permaculture ?

Au-delà de la production "durable" de nourriture (ce qui serait déjà colossal) la permaculture est un paradigme assez complet proposant de gérer convenablement notre descente énergétique (i.e. sans trop se taper dessus), jusqu'à vivre pas trop malheureux (du moins, pas plus qu'aujourd'hui), dans les limites physiques de la planète. Ce n'est pas un mode de vie idyllique, ce n'est pas particulièrement confortable, mais ça a du sens. Le travail qu'implique cette fleur permaculturelle est énorme mais motivant (je ne dis pas forcément qu'il faut tout faire, il y a d'ailleurs un peu à boire et à manger là-dedans). Même si on ne mettra jamais tout ça en œuvre à grande échelle, au moins il y a une c

Posts Récents
Archives

© 2017 par Collaborative People. Créé avec Wix.com

Collaborative People est une SAS au capital de 10 000€

Siren: 823 346 887 – Siret : 82334688700016 – N° TVA intracommunautaire : FR 81 823346887