Une société de plus en plus riche et pourtant de moins en moins libre (???)

November 11, 2017

Le développement économique entraîne une sécurité et un niveau de vie exceptionnels, c'est un fait.  Et pourtant, malgré notre consommation gargantuesque de ressources naturelles et la transformation de ces ressources en une masse de richesse (au sens PIB) qui devrait couvrir 10-20 fois nos besoins de base, on n'est toujours pas contents, alors que théoriquement on devrait tous être en permanence dans la félicité la plus absolue.


Qu'est-ce qui cloche ? Il me semble que beaucoup s'explique par le fait que notre degré de liberté (au sens de pouvoir faire ce qu'on veut de son temps et de son revenu) n'a pas vraiment progressé, voire diminue. Et ce, quel que soit notre classe sociale et notre catégorie socio-professionnelle.

 

Je ne parle pas de théorie du complot, mais de mécanismes inhérents au fonctionnement de notre modèle de société :

  • Nous passons un temps conséquent dans des infrastructures de transport saturées. L'accès à un logement en centre-ville est de plus en plus difficile et la mobilité contrainte de plus en plus importante.

  • La panne de l'ascenseur social pour certaines classes, la marginalisation de populations entières devenues inutiles à l'économie, le tassement (naturel) de la croissance, et le fait qu'une minorité bénéficie de la majeure partie du peu de croissance qui reste, entraînent un accroissement de la précarité et de l'insécurité financière.

  • La pression financière demeure importante pour les CSP+.

  • Même pour les cadres supérieurs et les patrons, on pense apercevoir au loin l'émancipation (ex. "une fois que je serai promu je pourrai mieux m'occuper de ma famille", "vivement que je change de job, tout ira mieux") mais celle-ci n'arrive jamais : chaque étape franchie ne fait que mener à un quotidien encore plus contraignant. "Tant pis, j'attendrai la retraite".

  • Nous travaillons une grande partie du temps, par rapport à "jadis", pour financer la dépense publique (le plus souvent pour de bonnes raisons)

  • Le travail s'invite de plus en plus dans la sphère privée.

  • Le sentiment de manque grandit en raison de la quantité de consommation nécessaire pour continuer à exister socialement ("Non mais allô ?!?! T'es un Homo Sapiens t'as pas encore l'iPhone X ? C'est comme si je te dis t'es un Homo Deus t'as pas de cerveau augmenté.").

  • Nous sommes contraints de dépenser de plus en plus pour rester en bonne santé, de plus en plus longtemps.

  • Nos vies sont de plus en plus synchronisées et minutées. La "to-do" professionnelle et familiale ne se vide jamais, la charge mentale est quasi-permanente.

  • Et enfin, nous sommes hyper-dépendants de l'abondance de ressources naturelles, dont la consommation excessive provoque la pollution de l'air, de l'eau et des sols, réduisant d'autant notre liberté, le coût de ces pollutions n'ayant pas été intégré en amont.

 

Après 200 ans de course vers l'émancipation matérielle et financière, force est de constater que nous en sommes très loin. Il n'y a aucune solution simple aux problèmes structurels et intimidants soulevés ici. Mais n'y a-t-il pas tout d'abord un souci avec notre grille de lecture du progrès : celle-ci intègre surtout des paramètres matériels et financiers... très peu la liberté dans ses différentes facettes, par exemple :

  • le temps (réellement) libre

  • la part du revenu dont on peut librement disposer

  • la charge mentale et l'état d'esprit

  • l'indépendance par rapport aux ressources naturelles non-renouvelables et rares

Si l'on devait tenir compte de ces paramètres, nous serions dans une société assez sous-développée. Déjà, pour commencer, bonne chance pour trouver des statistiques et des indicateurs de performance sur ces notions, que ce soit dans les entreprises ou les administrations. Et j'ai le temps libre nécessaire d'ici le Cataclysme dans quelques décennies (que ce soit en raison de la disparition des insectes ou autre cause parmi les dizaines possibles), pour m’atteler à cette tâche !

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Pourquoi autant de gens ont-ils récemment basculé dans une vision d'effondrement ?

November 9, 2019

1/5
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017 par Collaborative People. Créé avec Wix.com

Collaborative People est une SAS au capital de 10 000€

Siren: 823 346 887 – Siret : 82334688700016 – N° TVA intracommunautaire : FR 81 823346887