Pendant que l'Empire thermo-industriel perd lamentablement la bataille contre la finitude du monde...

October 30, 2019

 

Je n'ai jamais été aussi étrangement inspiré par quelqu'un qui, à mon sens, dit autant n'importe quoi (mais je pense qu'il fait semblant d'être fou).

 

Le type à 73 ans, en quelques années, se construit une vie bas carbone (certes je peux pas vérifier s'il ne va pas chez Macdo en cachette), résiliente face à la contraction pétrolière, collectiviste, low-tech, et reproductible (il faut certes un "riche" dans le collectif pour lancer ce genre de projet, mais il y en a proportionnellement largement assez en France... Et encore, certains projets de ce type démarrent avec peu de moyens).

 

Peu importe qu'il ait 50, 20, 10 ou 5 ans d'avance (sur le carbone en l'occurrence, on est tous hyper en retard). Par son exagération mais aussi ses actes il a entraîné de nombreuses autres personnes à se bouger. Il a en outre raison de souligner que nous risquons de ne réagir qu'une fois que nous prendrons les différents chocs en pleine figure, et que ce jour-là, il sera beaucoup beaucoup trop tard.

 

Donc aux biobos-vélo-avion qui se moquent de lui (mais aussi de tout ce qui sort de leur petit milieu), et en réalité ne font rien depuis 20 ans : revenez peut-être fanfaronner une fois que vous aurez accompli au moins un centième de ce qu'a fait ce Monsieur.

 

Autre exemple inspirant pendant que pendant que l'Empire thermo-industriel perd lamentablement la bataille contre la finitude du monde, en prenant quasiment toutes les mauvaises décisions possibles et imaginables depuis l'alerte scientifique il y a plus de 40 ans...

 

... Un petit village d'irréductibles, Langouët, qui tombera de moins haut, et tombera peut-être moins bas. Le monde ne jure depuis un demi-siècle que sur le développement des métropoles et mégalopoles, où la quasi-totalité des ressources publiques et privées sont investies, laissant à l'abandon les territoires peu densément peuplés.

 

Qu'on ne se méprenne pas : la densification des populations dans les villes a, dans une certaine mesure, du sens écologique (réduction des distances de déplacement, possibilité de développer les transports en commun, mutualisation énergétique dans les immeubles collectifs...). Mais elle présente également des limites (train de vie nécessitant, sans que l'on s'en aperçoive, une consommation importante de pétrole, de mètres carrés à construire et chauffer, de matériaux etc...) et de fortes vulnérabilités, notamment en termes de dépendance technologique et énergétique, avec une disponibilité énergétique dont la décroissance se confirme d'année en année (s'intéresser pour cela par exemple aux travaux du Shift Project).

 

Il va donc falloir peut-être sérieusement considérer à se ré-intéresser aux territoires qui fournissent nos supports de vie (malgré l'illusion entretenue par le concept très fantaisiste "d'économie dématérialisée de la connaissance"), par exemple dans la mesure où notre nourriture et nos objets n’apparaissent pas par magie dans nos supermarchés, dans lesquels les consommateurs et les marchandises ne se rendent pas par téléportation.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Pourquoi autant de gens ont-ils récemment basculé dans une vision d'effondrement ?

November 9, 2019

1/5
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017 par Collaborative People. Créé avec Wix.com

Collaborative People est une SAS au capital de 10 000€

Siren: 823 346 887 – Siret : 82334688700016 – N° TVA intracommunautaire : FR 81 823346887