Cancers induits par les mammographies : comment en est-on arrivé là?

February 6, 2020

 

Des dizaines de milliers de cancers du sein en plus dans les statistiques de tous les pays, un agent (les rayons X) parfaitement identifié comme cancérogène, des données épidémiologiques évidentes... pourtant plus de 3 ans ont été nécessaires avant la publication dans le New England Journal of Medicine (Corcos & Bleyer, 2020) et avec cela le déni continue.

 

Pour comprendre comment on en arrivé à une telle situation, il faut considérer deux facteurs. Le premier est le facteur médical proprement dit dans lequel la constatation objective revient à accuser le corps médical d’avoir causé du mal (effet Semmelweis). S’ensuit un déni de la vérité qui devient coupable, là où l’erreur était simplement humaine. Cette culpabilité entraîne la persistance dans le déni. Je ne m’étendrais pas dans ce texte sur l’effet Semmelweis, que le lecteur aura facilement compris.

 

Le deuxième facteur est le facteur « scientifique ». J’ai mis ici « scientifique » entre guillemets, car s’il s’agit de la science médicale telle qu’elle fonctionne, elle a très peu de rapport avec la méthode de recherche de vérité telle que l’a conceptualisée Karl Popper. De quoi s’agit-il dans cette « science » médicale ? De rapporter des faits, observations ou expériences, mais ce qui fait la science au sens de Popper, c’est à dire une théorie capable d’être mise à l’épreuve par les faits, y est devenu secondaire. La théorie ayant mauvaise presse, du fait justement de sa capacité à être réfutée, les scientifiques se bornent à rapporter des faits. Mais une fois les faits rapportés, la théorie se trouve une place laborieuse dans l’article scientifique, dans une discussion où tout est défendable, et dont le but est de permettre l’acceptation de la publication. Et dans le monde du « publish or perish », plus vous adoptez une position proche du consensus de la revue scientifique dans laquelle vous voulez publier, plus vous avez de chance de garder votre emploi. Vous pouvez même publier dans une revue d’homéopathie si dans la discussion vous concluez au sérieux de cette discipline. Du fait du refus de donner à la théorie la place qu’elle mérite, vous ne faites tout simplement plus de science.

 

Il se trouve que dans le domaine du dépistage mammographique, il n’y avait pas un, mais deux consensus, totalement opposés. Les uns, se basant sur des essais cliniques randomisés concluaient que le dépistage faisait chuter la mortalité par cancer du sein chez les femmes dépistées, les autres, se basant sur les statistiques nationales concluaient à un effet indétectable sur la mortalité, et un excès de cancers du sein qu’ils attribuaient à du surdiagnostic (des cancers qui n’aurait jamais été remarqués s’il n’y avait pas eu dépistage). En montrant que l’excès de cancers était très largement lié à des cancers radio-induits qui annulaient le bénéfice sur la mortalité, j’aurais dû réconcilier tout ce beau monde. Or, il se trouve que cet objectif était impossible car chaque camp fonctionnait dans le déni de l’autre. Il aurait suffi simplement d’écrire « si le dépistage ne marche pas alors qu’il prend le cancer de vitesse, c’est que la mammographie induit des cancers » et cela aurait suffi, sans même à avoir à analyser la cinétique d’incidence des cancers dans les pays qui avaient mis en place le dépistage. Mais pour chaque camp, les arguments des autres n’existaient pas, et ils pouvaient continuer à publier des faits dans les revues appropriées en ramenant ces faits à leur cadre théorique respectif. L'idée de faire une synthèse des faits revenait à admettre la vérité de ceux qui avaient été niés.

 

Naturellement, un des obstacles à la reconnaissance des cancers mammo-induits a pu être la minimisation du risque radiologique, mais curieusement, elle m’a très rarement été opposée pour justifier le déni. Je reviendrais dans un autre article sur le dogme de la sécurité des « faibles » doses de radiations ionisantes, mais les mêmes facteurs, « médicaux » et « scientifiques », y sont à l’oeuvre.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Pourquoi autant de gens ont-ils récemment basculé dans une vision d'effondrement ?

November 9, 2019

1/5
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square